topblog Ivoire blogs

13/05/2011

Libye:Kadhafi abandonné par sa cour

Le guide refait surface ! Après un moment de mutisme, Mouammar El Kadhafi a fait une apparition publique sur la première chaîne de télé libyenne. Naturellement, la question se pose de savoir si ce sont des images d’actualité, car il peut bien s’agir d’archives filmées. Pourtant, par ces temps qui courent, s’il y a quelqu’un qui doit bien faire attention à ses déplacements, même étant chez lui, c’est bien le guide.

Parce que sa vie ressemble fort étrangement à celle d’une bête traquée dans les moindres recoins de sa Libye natale. On a encore en mémoire l’attentat de la nuit du 30 avril au 1er mai auquel il a échappé alors que sa villa subissait le bombardement des forces de l’OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique-Nord).

Il venait à peine d’allumer un ses téléphones portables lorsqu’il a été localisé par l’état-major de l’OTAN. Comme par extraordinaire, si lui est sorti indemne, l’un de ses fils, Seif al-Arab, sa belle-fille et 3 de ses petits-enfants y ont perdu la vie. Il ne faut pas non plus perdre de vu le drame intérieur qui doit s’être noué en lui depuis ces moments-là. Quelle tristesse !

A présent, on imagine à peu près la gymnastique qu’il doit faire pour fuir les drones de la coalition, et si ça se trouve, il ne passe pas plus d’une petite heure au même endroit. Pourtant quand les Occidentaux ont pris la résolution de soutenir les insurgés de Benghazi, précisément en anéantissant l’artillerie lourde de Tripoli afin d’empêcher le massacre des civils, il n’était pas question d’attenter à la vie du bédouin de la Jamahiriya arabe libyenne.

A l’heure actuelle, tout porte à croire que ce mandat a insidieusement glissé vers la volonté d’assassinat du guide. Les Occidentaux ont beau dire que ce plan d’élimination n’est pas inscrit dans leur projet funeste, ça crève les yeux que c’est le cas présentement. Il n’y a pas de doute qu’ils le préfèrent en fait mort que vif.

Ce qui est anodin dans l’apparition publique du guide la révolution El Fateh, c’est qu’elle coïncide avec la reprise de Misrata par les rebelles, notamment l’aéroport de ladite ville. C’est donc une sortie médiatique pour remobiliser ses troupes pour qu’elles ne cèdent pas de terrain à l’ennemie.

Kadhafi a beau ne pas être le plus démocrate du monde et ça, c’est un euphémisme, il est des moments où il mérite qu’on le plaigne : voici quelqu’un qui est traqué et qui est lâché par ceux qui étaient, il n’y a pas encore longtemps, ses amis pour ne pas dire ses courtisans ; des gens dont ils arrondissaient les fins du mois, qu’il aidait à sortir du pétrin.

Mais personne, pas le moindre rat, n’élève la voix pour simuler une petite condamnation de la dérive que sont en train de prendre les frappes aériennes de la coalition, ne serait-ce qu’une déclaration de principe. On le plaint d’autant plus qu’il y a le tueur en série, pardon, en Syrie qui n’arrête pas de trucider ses opposants. Quand lui il rate sa cible, c’est au moins 50 morts. Et jusque-là, l’OTAN ne ressent pas la nécessité d’y aller protéger les civils. Deux poids, deux mesures.

Au point où la coalition en est, elle finira par avoir la peau de la bête ; c’est évident. Reste à savoir si son assassinat va résoudre le problème. On peut émettre plusieurs hypothèses à cet effet : soit Kadhafi meurt et ses enfants ainsi que ses lieutenants décident de se rendre parce que le parrain n’est plus, soit ils se résolvent à tenir ne serait-ce que Tripoli.

La 3e voie, c’est qu’on peut courir le risque de voir une somalisation du pays, c’est-à-dire la transformation du pays en un non-Etat divisé entre mille et une bandes rivales plus ou moins criminelles qui s’entredéchirent. Et ce serait le chaos pour tout le monde, à commencer par ceux qui auront occasionné une telle situation : les Occidentaux réunis au sein de la Coalition.
© L'Observateur : Kader Traoré

11:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.