topblog Ivoire blogs

25/05/2011

Cameroun/exploitation illégale de bois: 9 millions d`euros de pots-de-vin/an



YAOUNDE - L`exploitation illégale de bois au Cameroun pour le marché domestique engendre la corruption de fonctionnaires qui perçoivent plus de 9,1 millions d`euros de pots-de-vin par an, ont affirmé mardi à Yaoundé des chercheurs d`une organisation scientifique internationale.

Cette activité (l`exploitation illégale de bois) engendre la corruption et des payements informels versés aux agents des administrations, a affirmé lors d`une conférence de presse Paolo Cerutti, chercheur au Centre de recherche forestière internationale (Cifor), une organisation scientifique internationale.

Le montant estimé des pots-de-vins perçus par ces agents est compris entre 6 et 7 milliards FCFA par an, soit entre 9,1 et 10,7 millions d`euros, a précisé un autre chercheur du Cifor, Guillaume Lescuyer.

Les deux chercheurs s`exprimaient pour la présentation d`une étude qu`ils ont menée avec leurs collègues camerounais sur le marché domestique du bois au Cameroun, utilisé notamment dans la construction ou pour le mobilier.

Ce marché, qui reste presque entièrement informel, est devenu ces dernières années au moins aussi important que le secteur industriel de l`exploitation forestière avec environ 2,1 millions de mètres cubes (de bois) produits, souligne l`étude.

Le commerce de bois exploité de manière informelle fournit un moyen de subsistance à plus de 45.000 personnes, une importante source de revenus à des fonctionnaires corrompus et pas un centime à l`Etat, souligne une note de synthèse de l`étude.

Les fonctionnaires qui imposent aux petits exploitants de leur verser de l`argent en contrepartie de la liberté d`exercer sont issus notamment du ministère de la Forêt et de la Faune (Minfof), des communes, de la police et de la gendarmerie, selon la note.

Les actes de corruption sont enregistrés à plusieurs niveaux, notamment en forêt lors de la coupe du bois et sur les axes routiers lors de son transport pour les marchés internes ou de la région (Tchad, Nigeria), selon M. Cerutti.

D`après lui, le commerce illégal de bois ne doit pas être criminalisé notamment parce qu`il apporte des revenus substantiels aux exploitants mais l`activité doit être sortie de l`informel.

13:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.