topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

06/06/2011

Cameroun-Sénégal : Quatre morts après le match

A cause d’un penalty manqué de Samuel Eto’o, les Lions indomptables n’ont pas pu faire la différence face à ceux de la Teranga samedi dernier à Yaoundé.

Comme le 08 octobre 2005, c’est à cause d’une balle arrêtée ; notamment un coup de pied de réparation, que les Lions indomptables ne prendront pas part à la phase finale d’une compétition internationale. Si dans le premier cas, il s’agissait de la coupe du monde 2006, en Allemagne; le second, celui qui s’est déroulé il y a deux jours au stade Ahmadou Ahidjo, était relatif à la Coupe d’Afrique des Nations (Can) 2012, Gabon-Guinée équatoriale.
Dans un stade quasiment plein, le tir de Samuel Eto’o Fils, le capitaine des Lions indomptables, qui intervient aux arrêts de jeu, a terminé sa course sur le poteau. «C’est d’ailleurs le seul penalty que j’ai manqué cette saison.

Les dieux du football n’étaient pas avec nous », a-t-il notamment déclaré au cours de la conférence de presse d’après-match samedi dernier. Quelques minutes plus tôt, ses coéquipiers et lui venaient d’enregistrer un match nul (0-0) face aux Lions de la Teranga. Pourtant, ce résultat final est loin de représenter la physionomie de cette rencontre capitale pour les Lions indomptables. En effet, les poulains de Javier Clemente ont enregistré le plus grand nombre d’occasions de buts par rapport à leurs adversaires. Il y a notamment, à la 30e mn, le tir croisé d’Eric Maxim Choupo Moting, repoussé par le gardien de buts sénégalais, Bouna Coumdoul, qui a été décisif dans le score des Lions de la Teranga.

Ou encore, à la 44emn, la balle de Samuel Eto’o Fils sur une passe de Benjamin Moukandjo termine sa course dans les bras du goalkeeper sénégalais. Sans oublier à la 48emn, le ballon de Vincent Aboubakar, saisi deux fois par Bouna Coumdoul. Idem à la 70emn, en voulant jouer facile, le tir de Samuel Eto’o termine sa course dans les bras du «bourreau» des poulains de Javier Clemente. Par ailleurs, aucune balle arrêtée n’a été transformée. Les efforts de Landry Nguemo, devenu le temps de cette rencontre, le spécialiste des corners ont été vains. Si, l’attaque a été vaine, la défense a fait preuve d’une efficacité remarquable.

D’ailleurs, Moussa Sow, Papiss Demba Cissé ont été neutralisés par la défense composée de Nicolas Nkoulou, Gaétan Bong et Stéphane Mbia. Alors que ses joueurs sont dominés, le coach sénégalais Amara traoré sera expulsé de la main courante. «Je n’ai rien fait de spécial. J’ai juste tapé sur la bouteille d’eau qui se trouvait devant moi, ce qui m’a valu cette expulsion», a-t-il relaté en souriant. Grâce à ce match nul, les Lions de la Téranga occupent toujours la position de leader du groupe E avec 10 points. A la deuxième place, on retrouve la République démocratique du Congo (Rdc), qui a dominé l’Ile Maurice hier après-midi sur le score de 2 buts à 1, avec 7 points.
Et à la troisième position, le Cameroun, qui en compte deux de moins. Alors qu’ils n’envisageaient pas cette issue pendant le regroupement ayant précédé le match de samedi dernier, Samuel Eto’o Fils et ses coéquipiers commencent à réaliser que l’aventure d’une Can 2012 est en train de s’éloigner d’eux au


Priscille G. Moadougou


Bilan : Un match nul et quatre morts

C’est le sombre tableau qui a émaillé les échauffourées entre la foule et les forces de l’ordre.

La cuvée de Mfandena est quadrillée par une ceinture de sécurité des forces de l’ordre. Le central angolais, Martins De Carvalho vient de siffler la fin de rencontre Cameroun # Sénégal, qui s’est achevée sur le score nul (0-0). La police anti-émeute, le bataillon d’intervention rapide, sans oublier les sapeurs pompiers sillonnent les alentours du stade. Des jets d’eau sont déversés par les camions spécialisés de la police, souvent appelés «Abraham» sur le public pour le disperser. Cailloux, bouteilles cassables et jetables, et plusieurs autres outils sont utilisés par des différents groupes de jeunes, en colère. Le bus devant transporter les la sélection nationale est immobilisé sous le hall du stade. «Ils ont [Lions Indomptables] décidé de nous souiller, pourquoi est-ce qu’ils ne peuvent plus sortir du stade comme ils sont entrés !».

Pour tromper la vigilance de cette foule en furie, les Lions indomptables seront installés dans les véhicules des forces de l’ordre. Le subterfuge sera d’ailleurs découvert par la foule. Celle-ci n’hésitera pas à lancer cailloux, tessons de bouteilles sur ces voitures. Malgré le dispositif intimidant mis sur pied, rien n’y fait. Couchés le long de celles-ci, comme le raconte Linus Pascal Fouda, le Team Press Officer des Lions indomptables, les joueurs ont eu de sueurs froides. Selon lui, Eric Maxim Choupo Moting a d’ailleurs été traumatisé par la réaction de la foule. Peu avant la sortie du stade des Camerounais, l’un des véhicules du cortège des Sénégalais a été attaqué. Résultat des courses, deux journalistes sénégalais ont été légèrement blessés comme l’a reconnu Ndeye Dome Diouf, le Team Press Officer des Lions de la Teranga.

Les supporters d’il y a quelques minutes veulent désormais en découdre avec les Lions indomptables. La foule téméraire s`en prend aux passants en lançant des pierres sur des véhicules en circulation. L`une des victimes témoigne «Je suis monté dans la voiture avec mon ami ; nous étions cernés ensuite par des jeunes qui ont lancé des cailloux sur nous. Mon ami a reçu un violent coup sur la tête, et une passagère aussi a été blessée.» Ils ont été conduits aux urgences de l`hôpital central. L’un des passagers précise : «j’ai eu la vie sauve parce que je me trouvais à l`arrière de la voiture, assis entre les deux blessés». Dans cette ambiance de chaos, et de sources proches des sapeurs pompiers, quatre personnes trouveront la mort. Une information confirmée par Linus Pascal Fouda, le Team press officer, qui sortait hier d’une réunion stratégique de sécurité faisant le bilan des événements.
Les «casseurs» visaient aussi tous ceux qui portaient les maillots au dossard 9 de Samuel Eto’o. Face à cette chasse aux Eto’o, de nombreux fans se débarrassaient de leur maillot. C’est certainement pour cela que les discothèques dont le capitaine des Lions indomptables est propriétaire, notamment le Katios et la Sanza, n’ont pas ouvert dans la nuit de samedi à dimanche dernier.

P. G. M. et Guy Hyacinthe Owona

16:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.