topblog Ivoire blogs

15/06/2011

Cameroun: Décès du Professeur Victor Anomah Ngu

L’ancien ministre camerounais de la santé publique,concepteur du vaccin VANHIVAX est mort dans la soirée d'hier (14 juin 2011, ndlr)des suites d'une longue maladie à l'âge de 85 ans au CHU de Yaoundé, au Cameroun, a annoncé ce jour radio Equinoxe. le Professeur Victor Anomah Ngu, était un éminent médécin Camerounais né le 1er fevrier 1926 à Buea au Cameroun. Il était un chercheur de très longue date formé par l’inventeur de la Pénicilline, Alexander Flemming auprès duquel il fit ses classes avant de prendre son envol pour une carrière d’universitaire, de chercheur et de praticien de la médecine, de la chirurgie, contribuant de façon notable aux recherches contre le cancer.

Victor Anomah Ngu, ancien ministre de la santé publique au Cameroun dans les années 80, il était un éminent cadre des universités africaines, consultant pour des institutions prestigieuses comme l’Unicef ou l’OMS. Il n'avait pas cessé de collectionner les distinctions pour son acharnement dans la recherche scientifique et dans l’amélioration des conditions de vie de ses semblables, depuis le Max Born Price en pathologie et le Albert Lasker Medical Research Award, obtenus respectivement en à Londres (Grande Bretagne) et en 1972 aux Etats-Unis, jusqu’à sa toute dernière distinction, le ''Leon Sullivan Achievement Award'' qui lui a été remise en octobre 2003 à Washington DC, devant un aréopage de diplomates, de membres du Congrès américain, de figures du monde scientifique.

Depuis sa retraite politique, le vieux et tonique chercheur camerounais, octogénaire et empli de sagesse, avait inventé un vaccin thérapeutique éprouvé contre le VIH/SIDA, vaccin qu’il a baptisé VANHIVAX. Malgré les résultats révolutionnaires qu’il a obtenu dans sa modeste Clinique de l’Espoir à Yaoundé, réduisant à presque néant la charge virale des malades atteints du SIDA, défiant sans complexe les grands laboratoires internationaux connus, malgré le fait que les autorités scientifiques, politiques, nationales et internationales soient au courant de ses résultats, le travail infiniment méritoire d’Anomah Ngu demeure confidentiel comme frappé d’une omerta qui dissimule mal son nom…et celui de ses bénéficiaires que l’on imagine nombreux !

Nous nous associons à la douleur de sa famille et des milliers de patients de Ist-Sida. L'on espère que son cabinet médical continuera dans la même lancée que son initiateur dans la lutte contre les Ist -Sida.
© Camer.be : La rédaction

14:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.