topblog Ivoire blogs

25/10/2011

Faut-il Boycotter les produits des Entreprises Françaises et britanniques en Afrique ?

Beaucoup de vous m'écrivent pour me poser cette question et voici à propos, ce que je pense:

Je suis contre le boycott car c'est une méthode qui ne marche pas, pire c'est souvent contre celui qui le pratique. Je me trouvais en Chine en 2008 lorsque des Chinois ont lancé le boycott contre les entreprises françaises pour punir Sarko sur l'histoire du Tibet. J'avais mille difficultés pour expliquer à nos amis chinois que c'était stupide. Ils ont mis quelques semaines pour comprendre que Boycotter un supermarché Carrefour, c'était boycotter les salariés chinois qui y travaillaient, ensuite les très nombreuses entreprises chinoises qui fournissaient les 99% des produits "carrefour". Le boycott est une idée de l'extrême gauche occidentale qui est le plus souvent instrument de sa propre propagande pour émerger de l'anonymat qu'une véritable conviction de participation citoyenne à un idéal. Dans le cas des banques françaises en Afrique, c'est insensé de les boycotter. Nous devons encourager tous ceux qui veulent prospérer à venir mettre leur argent chez nous. et une fois qu'ils sont chez nous, tout faire pour que leurs activités renforcent notre économie parce que s'ils réussissent, cela va nous faciliter la tâche pour en attirer de nouveaux.



Sur le plan purement Nationaliste, dans mon livre "In Fuga dalle tenebre" : www.infugadalletenebre.it je me pose la question de savoir qui est un africain ? Sommes-nous africains parce qu'on a la peau noire ? parce qu'on est né en Afrique pour parce qu'on vit en Afrique ? Ceux qui ont fait du mal à l'Afrique et donc nos ennemis, sont-ils seulement les Européens ou surtout les Africains mêmes ? Un Africain de la diaspora vaut-il pour l'Afrique plus qu'un Européen qui vit en Afrique ? Ma réponse est sans équivoque NON. L'Européen qui vit en Afrique paye ses impôts en Afrique et c'est cet argent que nos Etats utilisent pour fonctionner. L'Africains de la diaspora à cause de l'argent qu'il envoie à sa famille fait importer à l'Afrique l'inflation, parce qu'en contre partie de cet argent, il n'ya pas une égale création de richesse. La conséquence est que tout coûte donc plus cher et ce sont les plus pauvres qui payent les pots cassés.



A la fin, j'arrive à la conclusion que pour moi, un Africain, un Vrai, est toute personne qui travaille pour nous aider à changer en positif le sort de nos populations et dans cela, je mets tous ceux qui ont choisi l'Afrique comme endroit idéal pour bâtir leurs vies et celles de leurs familles.



Dans mon prochain livre "Africains préparez-vous à devenir riches", je dis que les Africains doivent se préparer à assumer demain leur responsabilité vis-à-vis de notre voisin immédiat qu'est l'Europe. Les Européens oui, bientôt arriveront à la nage en Afrique, comme beaucoup le disent, alors commençons à nous préparer mentalement à recevoir nous-aussi notre part de la misère du monde, car la roue est juste en train de tourner. Nous ne pouvons pas faire nous demain ce qu'on a reproché hier aux autres.

14:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

EN AFRIQUE, LES JEUNES DOIVENT PRENDRE LE POUVOIR de Jean-Paul Pougala

En Afrique il y a habituellement ce que j’appelle : la Dictature des Vieux, qu’ils soient au pouvoir ou à l’opposition. Ici le mot vieux n’est pas seulement une question d’âge, mais surtout, dans l’incapacité à se défaire mentalement du rôle d’esclave que notre histoire commune avec l’Europe nous a conféré. Il suffit de voir le comportement de l’Union Africaine devant les crises Ivoiriennes et Libyennes. Elle dit haut et fort ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas. L’Europe décide de l’ignorer et de faire l’exacte contraire. Et sans vergogne, ni gène, c’est toute l’Union Africaine à l’unanimité qui s’aligne sur les positions Européennes en se désavouant elle-même. Le pire en Afrique c’est que ce genre de comportement envahit soit les hommes au pouvoir que ceux de l’opposition. Voir l’exemple de ceux qui ont fait rêver comme opposants: Wade au Sénégal, Alpha Condé en Guinée qui à peine élu Président à réservé sa première visite à l’étranger pour l'ancien président français Jacques Chirac (même à la retraite). Il fallait d’abord qu’il fasse allégeance au maître, comme rituel avant de démarrer. Un jeune aujourd’hui qui utilise les mêmes instruments qu’un autre en Occident, connait ses forces et ses faiblesses, Mais aussi ceux des autres nations. Il est donc conscient qu’il a 10 fois plus de chance de réussir qu’un autre jeune en Occident. et lorsque ce dernier viendra lui raconter qu’il peut l’aider, il saura non seulement qu’il ment, mais aussi que c’est une stratégie pour l’endormir afin de mieux le voler. Tout ce petit jeu, nos Vieux qu’ils soient Ministres ou de l’opposition, ne le savent pas et c’est trop tard pour le leur enseigner.

Comment changer tout cela ?

Il faudrait au préalable et de façon prioritaire, conscientiser au maximum les jeunes africains, ceux-là qui ne sont pas encore inféodés dans les pratiques rentières du colonialisme. Ceux-là qui ne sont pas complexés par les Blancs comme leurs parents, ceux-là qui ne doivent pas à tout prix chercher à faire copain-copain avec les prédateurs de la "communauté internationale". Et la deuxième étape va consister à les faire descendre dans l'arène politique. Plus jeunes vous entrerez en politique et plus tôt nous pourrons réaliser le rêve d'une Afrique débout et fière d'elle-même. Il y a déjà des partis des Jeunes qui sont en train de faire sensation en Autriche, Allemagne, Suède, Finlande, Norvège, Hollande etc... jusqu'à gagner même des sièges de députés dès l'âge de 21 ans.

A Genève, lors des dernières élections municipales, la moitié des candidats avaient moins de 25 ans. Cela se passe dans des pays où la majorité des votants a dépassé les 70 ans. Alors qu'en Afrique, les jeunes de moins de 18 ans sont la majorité absolue. Il faudra en même temps mener une sacro-sainte bataille de l’abaissement de l’âge du droit au vote un peu partout en Afrique. C’est déjà le cas au Brésil où on peut voter à 16 ans (puisque labas aussi comme en Afrique, la majorité de la population est jeune). Mais il y a plusieurs autres pays où le droit de vote a été abaissé à 16 ans parce qu'un jeune aujourd'hui de 16 ans est plus mûr qu'un adulte de 21 ans il y a 30 ans. C'est le cas de Cuba, Nicaragua, Autriche, les Landers Allemands. En Autriche, par exemple, un mouvement du nom de Kinderwahlrecht jetzt : « droit de vote pour les enfants, tout de suite » milite pour appliquer le « droit de vote dès la naissance ». Pour eux, il s'agit d’un moyen de rééquilibrage générationnel. Car des parents qui ont un double ou triple droit de vote feront peser la balance en faveur du politicien plus attentif à l'avenir des enfants.

En Afrique, comme je l’ai dit plus haut, c’est la dictature des Vieux, vieux dans l’âge, vieux dans les idées, vieux dans la vision du monde d’aujourd’hui. On voit chez nous des vieux (avec tout le respect pour les vieux) qui n'ont de représentation du monde que le Patron Français ou Britannique et même lorsqu'ils sont Ministres, ils en sont à téléphoner à l'Ambassadeur Américain tous les matins pour demander ce qu'il doit faire, stigmatiser le tribalisme, histoire de montrer qu'ils sont de bons et loyaux esclaves, très dociles (voir wikileaks).

Pour le système de gouvernement,

J'aime beaucoup le système Suisse et je crois que dans une période transitoire, cela peut être appliqué à l'Afrique : en Suisse, les Ministres gagnent en moyenne 400.000 CHF par an, n'ont pas de garde du corps, vont en bus comme tout le monde et après 4 ans de Ministre, ils doivent abandonner la politique. Cela permet d’éviter de laisser s’installer certaines mauvaises pratiques de népotisme et de corruption. Par ailleurs, après le vote, tous les partis gagnants et perdants gouvernent ensemble, le nombre de postes ministériels étant déterminé par le nombre de vote aux élections politiques nationales. Cela permet d’optimiser toutes les idées novatrices d’une nation et d’éviter que des partis soient à l’opposition à jamais, cultivant ainsi une frustration qui serait une menace pour la stabilité même de la sécurité du pays.


PS: On peut être un Jeune Vieux, lorsqu’on est jeune dans l’âge, mais vieux dans les idées. et malheureusement c’est le quotidien de très nombreux jeunes africains qui sombrent dans l’ignorance la plus totale. et c’est la mission de chacun de les aider. Et je tire un chapeau à nos Vieux-Jeunes, tous ceux qui sont avancés dans l’âge mais qu’on n’a jamais pu tromper comme la masse de nos parents et qui ont souvent risqué de leur vie, lorsque ce n’était pas leur poste qu’ils perdaient parce qu’ils expliquaient aux autres en les rendant visibles, les chaines invisibles de l’esclavage qu’ils portaient.

14:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

BONNE GOUVERNANCE - OBAMA NE PEUT PAS DONNER DE LECON A L'AFRIQUE (ou L'affaire de la faillite la plus rapide du siècle (15 mois) avec 535 millions d'argent public 700 millions d'argent privé et 1100 chômeurs). de Jean-Paul pougala

Paul Biya Re-élu président du Cameroun. Cette fois-ci c’est l'agence d'information chinoise CHINE NOUVELLE, suivie par une autre Agence XINHUA qui est la toute première à publier l'information. On peut en déduire que l'Ambassadeur Américain à Yaoundé a beau dénoncer les failles de l'organisation des élections, plus rien au Cameroun ne se fera sans l'aval des Chinois. Avec cette instantanéité, Pékin veut faire comprendre à Washington que le Cameroun n'est pas la Côte d'Ivoire, encore moins la Libye. La nouveauté est que la nouvelle a été rendue publique en Chine même avant la Cour Suprême du Cameroun. Qui vivra, verra. Voir pour plus de détail : http://french.cri.cn/781/2011/10/21/443s258438.htm.



Avec ce genre d'analyse, beaucoup m’accusent que je soutiens trop la Chine.

Le fait est que si les pays Africains doivent avoir un Patron, il vaut mieux en avoir un avec les poches pleines plutôt que celui avec les poches trouées qui doit en plus venir nous faire la leçon de bonne gouvernance qu'il n'arrive pas lui-même à appliquer chez lui.



Aujourd'hui il y a un seul patron dans le bateau "monde" et c'est la Chine. Je soutiens juste que l'Afrique ne doit plus avoir de patron et que si vraiment elle doit en avoir un, elle ne peut pas avoir des patrons par procuration que sont les Occidentaux. Parce que si ces derniers ne peuvent pas sauver un des leurs (la Grèce) c'est pas pour tout un continent comme le nôtre qu'ils feront des miracles ; miracles qu'ils n'ont pas fait en 500 ans.



Par exemple, au moment où mercredi 19/10/2011, l'Ambassadeur des USA critiquait les élections camerounaises du haut de l'habituelle position d'arrogance de donneur de leçons, le vrai patron du Monde la Chine, tapait sur les doigts de son Supérieur, Monsieur Obama pour la faillite de Solyndra, une Start-up créée en 2005 que Obama avait présentée comme la merveille américaine pour la production des panneaux solaires et y a englouti un prêt fédéral de 535 millions de dollars et 700 millions de dollars des investisseurs privés, alors que son dossier de prêt était recalé plusieurs fois par différentes bureaux, jugé non solide.



Durant sa visite dans Cette entreprise de Fremont, en Californie, le Président Américain Obama l'avait vantée comme un créateur modèle d’« emplois verts » et relayé par son vice-président Biden. Mais ce qui chiffonne tant le Patron chinois dans cette affaire n'est pas tellement la faillite soudaine d'une entreprise douteuse qui a englouti autant d'argent, mais c'est parce que le Président Américain a reçu à la maison Blanche 20 fois son créateur alors que son dossier du prêt était encore en cours d'analyse, comme nous le révèle le magazine américain le Weekly Standard du 3 Octobre 2011. Pour des raisons de réciprocité, je conseille au Président Camerounais nouvellement élu Paul Biya de demander à son Ambassade à Washington, de questionner Monsieur Obama sur le pourquoi de ces 20 rencontres en un an, alors que la demande de prêt était encore en cours d'examen ? Comment expliquer que les dépenses de la Solyndra pour corruption de politiciens de Washington (appelée labas Lobying) ait bondit de 160.000 USD en 2008 sous l'administration Bush, à 550.000 USD en 2010 sous Obama ? Peut-être qu'en tapant du poing sur la table avec son "opération épervier", l'administration Biya réussira-t-elle là où a failli même le Comité de l’Énergie et du Commerce de la Chambre des Représentants Américains, les acteurs de ce sale feuilleton d'immoralité politique se retranchant derrière le Cinquième Amendement de la Constitution américaine pour garder le silence et ne pas devoir répondre aux questions les plus embarrassantes.



Comme quoi, avant d'aller dire au monde ce qu'il doit faire, ne conviendrait-il pas à ceux qui le font de commencer à balayer devant leur porte? Ils économiseraient ce temps précieux des leçons aux autres pour se ménager eux-mêmes, pour se sauver eux-mêmes.

14:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Printemps Arabe ? Mon oeil :


- En Egypte, on a remplacé un Général par 5 Généraux et bientôt les Frères Musulmans prendront le pouvoir au suffrage universel.
- En Tunisie le parti islamiste Ennhaba est en train de gagner les élections
- En Libye, le président du CNT Moustapha Abdeljalil vient d’annoncer hier lundi qu’il n’y a que la Charia pour servir de base juridique à la nouvelle constitution de la Libye.

Les Occidentaux qui ont versé des milliers de tonnes de bombes en Libye s’attendent à en être félicités par les millions de tonnes de pétrole. La vraie question à se poser est : le peuple Libyen habitué à un certain niveau de vie élevé sous Kadhafi acceptera-t-il de devenir un peu plus pauvre pour céder son confort aux Occidentaux comme c’est aujourd’hui le cas pour le Niger, le Gabon, le Congo tous des pays producteurs de ressources qui font le bonheur des Occidentaux, mais où le peuple vit dans la misère ?

Mon impression est que l’annonce de la Charia était plutot un message que la Nouvelle Libye suivra le modèle Iranien où l’Ayatollah Khomeiny arrivé dans un vol Air France depuis Paris et installé au pouvoir à Téhéran en remplacement du Sha et sans élection a fait un revirement de 180° contre ses anciens maîtres, embrassant l’islamisme radical comme anticorps contre l’Occident qui avait couvé son exile en France. La suite, on la connait

JEAN PAUL POUGALA

14:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)