topblog Ivoire blogs

02/12/2011

Côte d'Ivoire,Laurent Gbagbo à la CPI: Grandeurs et misères d’un pouvoiriste

La prison de Scheveningen a un nouveau pensionnaire célèbre. Laurent Gbagbo, l’ancien président ivoirien, vient d’y passer sa première nuit, en qualité de détenu. C’est la fin de toutes les illusions pour ses partisans qui croyaient en la possibilité de le juger sur le sol ivoirien, voire même de le relaxer. Après s’être opposé des années durant au régime trentenaire de feu Félix Houphouët-Boigny, premier président de la république de Côte d’Ivoire, Laurent Koudou Gbagbo, historien de son état, accéda à la plus haute fonction de l’Etat ivoirien en 2000.

Nonobstant les circonstances non idéales par lesquelles il est arrivé au sommet de l’Etat, le légendaire opposant était de loin le candidat le plus aimé de la présidentielle d’alors. Le vieux Robert Guei, qui avait pourtant impressionné l’Ivoirien moyen par son apparente détermination à débarrasser la maison ivoirienne de tout détritus, ayant déçu par ses errements. Ce fut donc en sauveur que la rue ivoirienne porta à la tête de l’Etat le président du Front populaire ivoirien (FPI) qui était censé avoir comme tâche primordiale d’organiser une élection transparente à laquelle pourront participer tous ses concitoyens sans discrimination aucune.

Mais bien que l’opposant devenu gouvernant par le hasard de l’histoire n’ait pas pu relever ce noble défi, il réussit, contre toute attente et par des stratégies plus ségrégationnistes les unes que les autres, à étendre et fixer plus profondément les tentacules de son règne qu’il voulait, a-t-on deviné plus tard, éternel. Pour ce faire, il emprunta à Henri Konan Bédié (HKB), successeur constitutionnel du père de l’indépendance ivoirienne, son lugubre concept d’« ivoirité » qu’il dirigea contre son plus sérieux probable concurrent, à savoir Alassane Dramane Ouattara (ADO). Et pour se rassurer de ne voir se dresser contre son projet de pérennisation au pouvoir aucun obstacle inquiétant, il entreprit de jouer sur le temps avec comme objectif d’éliminer, par le biais de la limite d’âge, l’autre « empêcheur de régner en boucle » que représentait Henri Konan Bédié.

Des citoyens ivoiriens, civils comme militaires, ne tardèrent pas à comprendre son manège qui consistait à surfer sur la vague nationaliste et régionaliste pour semer les graines de la haine et de la violence, sur les braises desquelles il comptait asseoir sa dictature démocratique. Ceux-ci prirent alors le maquis avec à leur tête le jeune mais brillant étudiant Guillaume Kigbafori Soro. Même après voir frôlé le pire à cause de la fougue des rebelles en quête d’élections dignes d’un Etat de droit, l’apprenti potentat n’en a pas démordu, allant jusqu’à accepter malgré lui une gestion partagée du pouvoir juste pour le conserver.

C’est ainsi qu’avec l’aide du voisin burkinabè, avec qui il s’est réconcilié pour les besoins de sa cause, il a su émousser un tant soit peu l’ardeur du bras armé de la rébellion, en l’occurrence les Forces nouvelles (FN), en en mettant pleine la bouche à son leader. Comme un chien à qui on jette un os pour arrêter ses aboiements, Guillaume et ses plus proches collaborateurs finirent par avoir la bouche si pleine que leurs cris de protestation étaient devenus rares ou à peine audibles. L’enfant de Mama tenait ainsi subtilement en laisse ses contempteurs d’hier et était devenu si sûr de lui qu’à l’apogée de son règne, il s’accommoda parfaitement de son pseudonyme de christ de Mama que n’hésitèrent pas à lui attribuer ses thuriféraires. Sans doute cette griserie du culte de la personnalité a-t-elle été pour beaucoup dans la perte de cet homme qui réfléchissait plus par le sixième sens de sa femme Simone que par son intellect d’universitaire. Tel un serpent négligé mais rusé, celui dont il avait la plus grande crainte politique mais qu’il croyait, à défaut d’en avoir pu faire un outsider électoral, avoir réussi à ranger pour de bon parmi les indésirables, ADO pour ne pas le nommer, sortit de sa méditation pour venir au chevet d’une nation dont les fondements avaient commencé à s’effriter. Les bons auspices augurés par l’acceptation de sa candidature conduisirent immanquablement l’ancien Premier ministre de Nanan Boigny à son ascension politique après une lutte de longue haleine.

Commença alors le calvaire du christ en disgrâce, depuis sa dégradante capture, et qui poursuit son cours logique avec l’étape, sans doute la plus importante, de son transfert suivi de son incarcération à la prison de la Cour pénale internationale (CPI). Une véritable misère qui n’a d’égale que la fulgurante et éphémère grandeur d’un pouvoiriste dans son élan stoppé. Deuxième ex-chef d’Etat africain à être remis à la CPI, l’’ex-pensionnaire de la prison spéciale de Korogho est donc bien parti pour de très longs mois de réclusion dans les mêmes locaux que Radovan Karadzic, Ratko Mladic et Charles Taylor. Devant répondre de quatre chefs d’accusation de crimes contre l’humanité, à savoir meurtres, viols, violences sexuelles, persécutions et actes inhumains commis entre novembre 2010 et mai 2011, le nouveau reclus international risque la perpétuité. Ainsi a été exaucée la prophétie du président burkinabè Blaise Compaoré.

L’actuel chef de l’Etat ivoirien avait également promis, de concert avec le procureur de la Cour internationale de La Haye, que tous les criminels de la période postélectorale seront poursuivis, tous bords politiques confondus. Une parole donnée et que les deux hommes doivent respecter, au nom de la bonne conduite du processus de réconciliation. Il faut aussi éviter de donner raison à ceux qui crient à une justice des vainqueurs. Ouattara et Ocampo, sur ce point, sont sur la même longueur d’ondes : personne n’échappera au glaive de la justice. Qu’il en soit ainsi !
© Source : Le Pays

13:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

L’Afrique face aux prédateurs

Avant même que le guide libyen Mouammar Kadhafi ne soit abattu sans procès par le Conseil National de Transition (CNT) libyen, les pays occidentaux se partageaient sans vergogne ni aucune décence le pétrole libyen (35 % pour toi, 25 % pour moi etc.). Le nouvel impérialisme a de beaux jours devant lui. Avec mandat des Nations Unis, tout se justifie, on peut intervenir et déloger qui l’on veut et surtout de préférence lorsque le pays de celui qu’on veut déloger regorge de pétrole.

Et à ce jeu là, la France est passée maître. Les partis politiques français, de gauche comme de droite se sont toujours alignés aux intérêts hautement stratégiques de la France. Que le sang impur des pauvres africains abreuvent donc les sillons des impérialistes ! La France doit vivre. Il paraît d’ailleurs que l’Afrique n’est pas assez mûre pour la démocratie, peut être bien qu’elle est mûre pour la dictature ? Raison pour laquelle les Eyadema, Bongo et autre Bokassa peuvent mourir de leur belle mort sans que jamais la France ne dénonce le caractère inique de leur règne. Avec la bénédiction des pays impérialistes, en Afrique, les enfants meurent très tôt de faim et de maladies tandis que les dictateurs font de vieux os.

Le peuple français doit dénoncer la Françafrique, le plus long scandale de la République. Peut être bien que beaucoup n’ont pas conscience de ce qui se passe vraiment sous leurs yeux, tous les jours. Par exemple, un pays comme le Gabon, dirigé pendant des décennies par Bongo père (celui là même qui finance tous les hommes politiques français avec l’argent des Gabonais) et Bongo fils ( actuel président adoubé par la France) n’a pas besoin de l’aide au développement puisque ce pays de quelques 1,5 millions d’habitants est riche de tout. Pétrole, manganèse, bois, et bien que le PNB par habitant soit un des plus élevés d’Afrique, les Gabonais n’ont pas un hôpital de qualité pour se soigner ou encore de bonnes universités et écoles pour s’instruire. Normal, l’argent des Gabonais sert à financer les politiques français et cela, tout le monde le sait. La grande hypocrisie des hommes politiques de gauche comme de droite est manifeste quand il s’agit de l’Afrique. Promesse, promesse toujours, on attend encore la fin de la politique africaine inique de la France depuis le discours de Mitterand de la Baule du 20 juin 1990, repris en 2008 presque 20 ans après par super Sarkozy en Afrique du sud. Promesse donc, promesse toujours et beaucoup qui y ont cru comme Bokel et Cot s’y sont cassés les dents.

Aujourd’hui, les prédateurs nouveaux s’attaquent à la terre africaine, le sous sol ne suffit plus.

A Madagascar, les multinationales achètent des milliers d’hectares non pas pour promouvoir l’agriculture locale mais pour nourrir la spéculation. Quant aux pauvres agriculteurs malgaches et d’autres pays africains qui subissent cette injustice, peut être bien qu’ils ne sont pas assez mûrs pour l’agriculture…et la dignité de vivre de la force de leur bras et le fruit de leur travail de la terre.

Les prédateurs ne sont donc pas seulement occidentaux, ils sont aussi africains. Ils faut toujours des alliés locaux pour faire la basse besogne. Et ils sont nombreux les alliés. Les non-alignés ainsi que les empêcheurs de tourner en rond comme Patrice Lumumba, Thomas Sankara sont tués afin que l’exploitation de l’Afrique et des Africains puissent continuer. Il appartient à tous les indignés du Capitalisme et de l’impérialisme qu’ils soient d’Europe ou d’Afrique de dénoncer avec force cette prédation inique qui ruine l’Afrique et enlève tout avenir à sa jeunesse.

Le lien entre immigration et l’exploitation de l’Afrique par les prédateurs est évident. Les Congolais n’ont certainement pas besoin de s’exiler si les richesses du Congo étaient partagées entre tous les filles et fils du Congo. Il en est de même pour les Gabonais et beaucoup d’autres pays africains.

Ce ne sont pas des murs qu’il faut construire pour empêcher les Africains de venir en Europe mais surtout détruire brique par brique le mur de la corruption qui seule est l’ennemi de l’Afrique. Et les corrupteurs sont ici et là bas. L’impérialisme international est toujours solidaire quel que soit le continent. Le sommet du G20 est l’occasion de dénoncer avec force l’impérialisme international qui ruine les peuples faibles pour le bien de quelques nantis des pays riches.

Nous sommes 99%, ils sont 1 % . Indignés de tous pays, soyons unis !
© Correspondance : Le Groupe de Travail Afriques du NPA

13:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

25/10/2011

Faut-il Boycotter les produits des Entreprises Françaises et britanniques en Afrique ?

Beaucoup de vous m'écrivent pour me poser cette question et voici à propos, ce que je pense:

Je suis contre le boycott car c'est une méthode qui ne marche pas, pire c'est souvent contre celui qui le pratique. Je me trouvais en Chine en 2008 lorsque des Chinois ont lancé le boycott contre les entreprises françaises pour punir Sarko sur l'histoire du Tibet. J'avais mille difficultés pour expliquer à nos amis chinois que c'était stupide. Ils ont mis quelques semaines pour comprendre que Boycotter un supermarché Carrefour, c'était boycotter les salariés chinois qui y travaillaient, ensuite les très nombreuses entreprises chinoises qui fournissaient les 99% des produits "carrefour". Le boycott est une idée de l'extrême gauche occidentale qui est le plus souvent instrument de sa propre propagande pour émerger de l'anonymat qu'une véritable conviction de participation citoyenne à un idéal. Dans le cas des banques françaises en Afrique, c'est insensé de les boycotter. Nous devons encourager tous ceux qui veulent prospérer à venir mettre leur argent chez nous. et une fois qu'ils sont chez nous, tout faire pour que leurs activités renforcent notre économie parce que s'ils réussissent, cela va nous faciliter la tâche pour en attirer de nouveaux.



Sur le plan purement Nationaliste, dans mon livre "In Fuga dalle tenebre" : www.infugadalletenebre.it je me pose la question de savoir qui est un africain ? Sommes-nous africains parce qu'on a la peau noire ? parce qu'on est né en Afrique pour parce qu'on vit en Afrique ? Ceux qui ont fait du mal à l'Afrique et donc nos ennemis, sont-ils seulement les Européens ou surtout les Africains mêmes ? Un Africain de la diaspora vaut-il pour l'Afrique plus qu'un Européen qui vit en Afrique ? Ma réponse est sans équivoque NON. L'Européen qui vit en Afrique paye ses impôts en Afrique et c'est cet argent que nos Etats utilisent pour fonctionner. L'Africains de la diaspora à cause de l'argent qu'il envoie à sa famille fait importer à l'Afrique l'inflation, parce qu'en contre partie de cet argent, il n'ya pas une égale création de richesse. La conséquence est que tout coûte donc plus cher et ce sont les plus pauvres qui payent les pots cassés.



A la fin, j'arrive à la conclusion que pour moi, un Africain, un Vrai, est toute personne qui travaille pour nous aider à changer en positif le sort de nos populations et dans cela, je mets tous ceux qui ont choisi l'Afrique comme endroit idéal pour bâtir leurs vies et celles de leurs familles.



Dans mon prochain livre "Africains préparez-vous à devenir riches", je dis que les Africains doivent se préparer à assumer demain leur responsabilité vis-à-vis de notre voisin immédiat qu'est l'Europe. Les Européens oui, bientôt arriveront à la nage en Afrique, comme beaucoup le disent, alors commençons à nous préparer mentalement à recevoir nous-aussi notre part de la misère du monde, car la roue est juste en train de tourner. Nous ne pouvons pas faire nous demain ce qu'on a reproché hier aux autres.

14:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

EN AFRIQUE, LES JEUNES DOIVENT PRENDRE LE POUVOIR de Jean-Paul Pougala

En Afrique il y a habituellement ce que j’appelle : la Dictature des Vieux, qu’ils soient au pouvoir ou à l’opposition. Ici le mot vieux n’est pas seulement une question d’âge, mais surtout, dans l’incapacité à se défaire mentalement du rôle d’esclave que notre histoire commune avec l’Europe nous a conféré. Il suffit de voir le comportement de l’Union Africaine devant les crises Ivoiriennes et Libyennes. Elle dit haut et fort ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas. L’Europe décide de l’ignorer et de faire l’exacte contraire. Et sans vergogne, ni gène, c’est toute l’Union Africaine à l’unanimité qui s’aligne sur les positions Européennes en se désavouant elle-même. Le pire en Afrique c’est que ce genre de comportement envahit soit les hommes au pouvoir que ceux de l’opposition. Voir l’exemple de ceux qui ont fait rêver comme opposants: Wade au Sénégal, Alpha Condé en Guinée qui à peine élu Président à réservé sa première visite à l’étranger pour l'ancien président français Jacques Chirac (même à la retraite). Il fallait d’abord qu’il fasse allégeance au maître, comme rituel avant de démarrer. Un jeune aujourd’hui qui utilise les mêmes instruments qu’un autre en Occident, connait ses forces et ses faiblesses, Mais aussi ceux des autres nations. Il est donc conscient qu’il a 10 fois plus de chance de réussir qu’un autre jeune en Occident. et lorsque ce dernier viendra lui raconter qu’il peut l’aider, il saura non seulement qu’il ment, mais aussi que c’est une stratégie pour l’endormir afin de mieux le voler. Tout ce petit jeu, nos Vieux qu’ils soient Ministres ou de l’opposition, ne le savent pas et c’est trop tard pour le leur enseigner.

Comment changer tout cela ?

Il faudrait au préalable et de façon prioritaire, conscientiser au maximum les jeunes africains, ceux-là qui ne sont pas encore inféodés dans les pratiques rentières du colonialisme. Ceux-là qui ne sont pas complexés par les Blancs comme leurs parents, ceux-là qui ne doivent pas à tout prix chercher à faire copain-copain avec les prédateurs de la "communauté internationale". Et la deuxième étape va consister à les faire descendre dans l'arène politique. Plus jeunes vous entrerez en politique et plus tôt nous pourrons réaliser le rêve d'une Afrique débout et fière d'elle-même. Il y a déjà des partis des Jeunes qui sont en train de faire sensation en Autriche, Allemagne, Suède, Finlande, Norvège, Hollande etc... jusqu'à gagner même des sièges de députés dès l'âge de 21 ans.

A Genève, lors des dernières élections municipales, la moitié des candidats avaient moins de 25 ans. Cela se passe dans des pays où la majorité des votants a dépassé les 70 ans. Alors qu'en Afrique, les jeunes de moins de 18 ans sont la majorité absolue. Il faudra en même temps mener une sacro-sainte bataille de l’abaissement de l’âge du droit au vote un peu partout en Afrique. C’est déjà le cas au Brésil où on peut voter à 16 ans (puisque labas aussi comme en Afrique, la majorité de la population est jeune). Mais il y a plusieurs autres pays où le droit de vote a été abaissé à 16 ans parce qu'un jeune aujourd'hui de 16 ans est plus mûr qu'un adulte de 21 ans il y a 30 ans. C'est le cas de Cuba, Nicaragua, Autriche, les Landers Allemands. En Autriche, par exemple, un mouvement du nom de Kinderwahlrecht jetzt : « droit de vote pour les enfants, tout de suite » milite pour appliquer le « droit de vote dès la naissance ». Pour eux, il s'agit d’un moyen de rééquilibrage générationnel. Car des parents qui ont un double ou triple droit de vote feront peser la balance en faveur du politicien plus attentif à l'avenir des enfants.

En Afrique, comme je l’ai dit plus haut, c’est la dictature des Vieux, vieux dans l’âge, vieux dans les idées, vieux dans la vision du monde d’aujourd’hui. On voit chez nous des vieux (avec tout le respect pour les vieux) qui n'ont de représentation du monde que le Patron Français ou Britannique et même lorsqu'ils sont Ministres, ils en sont à téléphoner à l'Ambassadeur Américain tous les matins pour demander ce qu'il doit faire, stigmatiser le tribalisme, histoire de montrer qu'ils sont de bons et loyaux esclaves, très dociles (voir wikileaks).

Pour le système de gouvernement,

J'aime beaucoup le système Suisse et je crois que dans une période transitoire, cela peut être appliqué à l'Afrique : en Suisse, les Ministres gagnent en moyenne 400.000 CHF par an, n'ont pas de garde du corps, vont en bus comme tout le monde et après 4 ans de Ministre, ils doivent abandonner la politique. Cela permet d’éviter de laisser s’installer certaines mauvaises pratiques de népotisme et de corruption. Par ailleurs, après le vote, tous les partis gagnants et perdants gouvernent ensemble, le nombre de postes ministériels étant déterminé par le nombre de vote aux élections politiques nationales. Cela permet d’optimiser toutes les idées novatrices d’une nation et d’éviter que des partis soient à l’opposition à jamais, cultivant ainsi une frustration qui serait une menace pour la stabilité même de la sécurité du pays.


PS: On peut être un Jeune Vieux, lorsqu’on est jeune dans l’âge, mais vieux dans les idées. et malheureusement c’est le quotidien de très nombreux jeunes africains qui sombrent dans l’ignorance la plus totale. et c’est la mission de chacun de les aider. Et je tire un chapeau à nos Vieux-Jeunes, tous ceux qui sont avancés dans l’âge mais qu’on n’a jamais pu tromper comme la masse de nos parents et qui ont souvent risqué de leur vie, lorsque ce n’était pas leur poste qu’ils perdaient parce qu’ils expliquaient aux autres en les rendant visibles, les chaines invisibles de l’esclavage qu’ils portaient.

14:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

BONNE GOUVERNANCE - OBAMA NE PEUT PAS DONNER DE LECON A L'AFRIQUE (ou L'affaire de la faillite la plus rapide du siècle (15 mois) avec 535 millions d'argent public 700 millions d'argent privé et 1100 chômeurs). de Jean-Paul pougala

Paul Biya Re-élu président du Cameroun. Cette fois-ci c’est l'agence d'information chinoise CHINE NOUVELLE, suivie par une autre Agence XINHUA qui est la toute première à publier l'information. On peut en déduire que l'Ambassadeur Américain à Yaoundé a beau dénoncer les failles de l'organisation des élections, plus rien au Cameroun ne se fera sans l'aval des Chinois. Avec cette instantanéité, Pékin veut faire comprendre à Washington que le Cameroun n'est pas la Côte d'Ivoire, encore moins la Libye. La nouveauté est que la nouvelle a été rendue publique en Chine même avant la Cour Suprême du Cameroun. Qui vivra, verra. Voir pour plus de détail : http://french.cri.cn/781/2011/10/21/443s258438.htm.



Avec ce genre d'analyse, beaucoup m’accusent que je soutiens trop la Chine.

Le fait est que si les pays Africains doivent avoir un Patron, il vaut mieux en avoir un avec les poches pleines plutôt que celui avec les poches trouées qui doit en plus venir nous faire la leçon de bonne gouvernance qu'il n'arrive pas lui-même à appliquer chez lui.



Aujourd'hui il y a un seul patron dans le bateau "monde" et c'est la Chine. Je soutiens juste que l'Afrique ne doit plus avoir de patron et que si vraiment elle doit en avoir un, elle ne peut pas avoir des patrons par procuration que sont les Occidentaux. Parce que si ces derniers ne peuvent pas sauver un des leurs (la Grèce) c'est pas pour tout un continent comme le nôtre qu'ils feront des miracles ; miracles qu'ils n'ont pas fait en 500 ans.



Par exemple, au moment où mercredi 19/10/2011, l'Ambassadeur des USA critiquait les élections camerounaises du haut de l'habituelle position d'arrogance de donneur de leçons, le vrai patron du Monde la Chine, tapait sur les doigts de son Supérieur, Monsieur Obama pour la faillite de Solyndra, une Start-up créée en 2005 que Obama avait présentée comme la merveille américaine pour la production des panneaux solaires et y a englouti un prêt fédéral de 535 millions de dollars et 700 millions de dollars des investisseurs privés, alors que son dossier de prêt était recalé plusieurs fois par différentes bureaux, jugé non solide.



Durant sa visite dans Cette entreprise de Fremont, en Californie, le Président Américain Obama l'avait vantée comme un créateur modèle d’« emplois verts » et relayé par son vice-président Biden. Mais ce qui chiffonne tant le Patron chinois dans cette affaire n'est pas tellement la faillite soudaine d'une entreprise douteuse qui a englouti autant d'argent, mais c'est parce que le Président Américain a reçu à la maison Blanche 20 fois son créateur alors que son dossier du prêt était encore en cours d'analyse, comme nous le révèle le magazine américain le Weekly Standard du 3 Octobre 2011. Pour des raisons de réciprocité, je conseille au Président Camerounais nouvellement élu Paul Biya de demander à son Ambassade à Washington, de questionner Monsieur Obama sur le pourquoi de ces 20 rencontres en un an, alors que la demande de prêt était encore en cours d'examen ? Comment expliquer que les dépenses de la Solyndra pour corruption de politiciens de Washington (appelée labas Lobying) ait bondit de 160.000 USD en 2008 sous l'administration Bush, à 550.000 USD en 2010 sous Obama ? Peut-être qu'en tapant du poing sur la table avec son "opération épervier", l'administration Biya réussira-t-elle là où a failli même le Comité de l’Énergie et du Commerce de la Chambre des Représentants Américains, les acteurs de ce sale feuilleton d'immoralité politique se retranchant derrière le Cinquième Amendement de la Constitution américaine pour garder le silence et ne pas devoir répondre aux questions les plus embarrassantes.



Comme quoi, avant d'aller dire au monde ce qu'il doit faire, ne conviendrait-il pas à ceux qui le font de commencer à balayer devant leur porte? Ils économiseraient ce temps précieux des leçons aux autres pour se ménager eux-mêmes, pour se sauver eux-mêmes.

14:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Printemps Arabe ? Mon oeil :


- En Egypte, on a remplacé un Général par 5 Généraux et bientôt les Frères Musulmans prendront le pouvoir au suffrage universel.
- En Tunisie le parti islamiste Ennhaba est en train de gagner les élections
- En Libye, le président du CNT Moustapha Abdeljalil vient d’annoncer hier lundi qu’il n’y a que la Charia pour servir de base juridique à la nouvelle constitution de la Libye.

Les Occidentaux qui ont versé des milliers de tonnes de bombes en Libye s’attendent à en être félicités par les millions de tonnes de pétrole. La vraie question à se poser est : le peuple Libyen habitué à un certain niveau de vie élevé sous Kadhafi acceptera-t-il de devenir un peu plus pauvre pour céder son confort aux Occidentaux comme c’est aujourd’hui le cas pour le Niger, le Gabon, le Congo tous des pays producteurs de ressources qui font le bonheur des Occidentaux, mais où le peuple vit dans la misère ?

Mon impression est que l’annonce de la Charia était plutot un message que la Nouvelle Libye suivra le modèle Iranien où l’Ayatollah Khomeiny arrivé dans un vol Air France depuis Paris et installé au pouvoir à Téhéran en remplacement du Sha et sans élection a fait un revirement de 180° contre ses anciens maîtres, embrassant l’islamisme radical comme anticorps contre l’Occident qui avait couvé son exile en France. La suite, on la connait

JEAN PAUL POUGALA

14:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

12/09/2011

الجزائر قررت المساهمة بـ16 مليار دولار في صندوق النقد الإفريقي

بـ16 مليار دولار في صندوق النقد الإفريقي
الجزائر التزمت بتصنيع أول قمر صناعي إفريقي مائة بالمائة بوهران

كشف جون بول بوغالا، الخبير الكاميروني في العلاقات الدولية والأستاذ في مدرسة الدراسات الدبلوماسية في جنيف، في دراسة معمقة للأسباب غير المعلنة لحرب الأطلسي على ليبيا والتخطيط المسبق لضرب استقرار الجزائر انتقاما منها لمشاركتها في مساعدة إفريقيا تكنولوجيا وماليا وخاصة مساهمتها في إطلاق صندوق النقد الإفريقي كأكبر مساهم بـ16 مليار دولار متبوعة بليبيا بـ10 مليار دولار.

وقال بوغالا، إن فرنسا والناتو بدأت مع القذافي قبل الجزائر لان معمر القذافي سمح للقارة الإفريقية بالحصول على أول قمر صناعي إفريقي للاتصالات "راسكوم1" سمح للدول الإفريقية جميعها بالحصول على التغطية الهاتفية والبث التلفزيوني الفضائي والبث الإذاعي وسمح للأفارقة بالاستفادة من الطب عن بعد والدراسة عن بعد للمرة الأولى في القارة الإفريقية وبأسعار مقبولة للأفارقة بمن فيهم سكان المناطق الأكثر عزلة في القارة من خلال تقنية "الواي ماكس"، وهذا بداية من 1992 تاريخ تأسيس شركة "راسكوم" من طرف 45 دولة افريقية بهدف الحصول على أول قمر إفريقي بهدف تخفيض فاتورة الخدمات الفضائية التي ظلت تأرق الأفارقة الفقراء، حيث كان يدفع الأفارقة سنويا 500 مليون دولار لشركات الاتصالات الأوروبية كرسم استخدام الأقمار الأوروبية ومنها "إنتلسات".
ويكلف القمر الصناعي الإفريقي 400 مليون دولار مرة واحدة، وبالتالي جن جنون أوروبا التي كانت تأخذ عنوة من الفارقة 500 مليون دولار سنويا، وهو ما لم ولن تغفره أوروبا لليبيا والجزائر التي تخطط لمساعدة القارة الإفريقية على تصنيع أول قمر صناعي بمركز التقنيات الفضائية بارزيو بولاية وهران بحلول 2020 كما هو مخطط له.
وتأخر الحلم الإفريقي بسبب الضغوط التي مارستها الولايات المتحدة الأمريكية والاتحاد الأوروبي وصندوق النقد الدولي والبنك العالميين، على البنوك التي تريد تمويل المشروع الإفريقي إلى غاية 2006 أين تدخل معمر القدافي وساهم في تمويل المشروع بمبلغ 300 مليون دولار نقدا والبنك الإفريقي للتنمية بـ50 مليون دولار وبنك غرب إفريقيا للتنمية بـ27 مليون دولار، وبداية من 27 ديسمبر 2007 حصلت القارة الإفريقية على استقلاها لأول مرة في مجال الاتصالات من المستعمرين السابقين الدين قرروا هذه المرة شنق القدافي كما شنقوا صدام انتقاما منه لأنه حرمهم من مص دماء القارة.
وساعدت الصين وروسيا كل من الجزائر وجنوب إفريقيا ونيجيريا وانغولا على إطلاق سلسلة من الأقمار الصناعية وإطلاق قمر إفريقي ثاني في جويلية 2010 في انتظار تصنيع الجزائر لأول قمر صناعي بتكنولوجيا افريقية 100 بالمائة من طرف الجزائر سنة 2020 يتم تصنيعه بوهران، وهو القمر الصناعي الذي سينافس أحسن التكنولوجيات العالمية ولكن بكلفة اقل 10 مرات، وهو ما يبين كيف أن 300 مليون دولار وهو مبلغ بسيط أشعل حقد الحلف الأطلسي ضد ليبيا والجزائر، لان تحرير إفريقيا من فوائد القروض الربوية لن يغفره الغرب لكل من يقف وراء مبادرة صندوق النقد الإفريقي والبنك المركزي الإفريقي والبنك الإفريقي للاستثمار.
وكشف الخبير الكاميروني المقيم في جنيف في دراسة نشرها في 23 مارس الماضي بجنيف، أن 30 مليار دولار من الأموال الليبية التي جمدها اوباما، هي في الحقيقية تمثل المساهمة الليبية في إنشاء صندوق النقد الإفريقي بداية من 2011 ومقره ياواندي برأسمال 42 مليار دولار، والبنك المركزي الإفريقي ومقره ابوجا النيجيرية، والبنك الإفريقي للاستثمار الذي سيكون مقره في مدينة سرت الليبية، وبإعلان الحرب على ليبيا تكون أمريكا والغرب قد قضت على الحلم الإفريقي في المهد، ومنعت البنك المركزي الإفريقي من إصدار عملة افريقية موحدة تسمح بالقضاء على الهيمنة الاقتصادية الفرنسية على القارة من خلال الفرنك الأفريقي المستمر منذ 50 سنة حتى بعد وفاة الفرنك في فرنسا ذاتها، وهو ما يفسر لماذا نيكولا ساركوزي يطالب برأس القدافي حيا أو ميتا، وخاصة أن صندوق النقد الإفريقي سيعوض بكل بساطة احتلال صندوق النقد الدولي والبنك العالمي للقارة الإفريقية بمبلغ 25 مليار دولار من القروض والمساعدات بشروط مهينة وبعمليات خوصصة غير أخلاقية في الكثير من الحالات.
ولن تغفر الدول الغربية رفض دول القارة الإفريقية طلب الدول الغربية وصندوق النقد الدولي بالمساهمة في رأس مال صندوق النقد الإفريقي أيام 16 و17 ديسمبر 2010 بياوندي الكاميرونية، حيث شدد الأفارقة على أن الصندوق مخصص للأفارقة، وهو ما لم تتمكن القوى المالية الغربية المهيمنة ابتلاعه على الإطلاق لأنه سيمكن القارة من الاستقلال المالي إلى يوم الدين.
وأكدت الدراسة أن التحالف الغربي ضد القذافي سيتفرغ للجزائر بعد الانتهاء من ليبيا لمجموعة من الأسباب تتمثل في أن الجزائر وزيادة على مواردها الطبيعة الضخمة فهي تتوفر على احتياطي صرف يفوق 150 مليار اورو وكذلك مساهمتها التكنولوجية والمالية لتطوير القارة وخاصة أنها اكبر مساهم في صندوق النقد الإفريقي بمبلغ 16 مليار دولار متبوعة بليبيا 10 مليار دولار، بمعني أن المساهمة الجزائرية والليبية تعادل 62 بالمائة من رأسمال الصندوق فيما تشارك كل من نيجيريا وجنوب إفريقيا بمبلغ 6 مليار دولار مناصفة، وهذا يعني أن صناعة القرار في الصندوق سيصبح في يد الجزائر وليبيا وهو ما يرفضه الغرب ولا يغفره لهما وهو يعمل على تكسيرهما لا قدر الله، ومن غريب الصدف أن نيجيريا وجنوب إفريقيا هما الدولتان الوحيدتان المعترضة على قرار الأمم المتحدة 1973.





تابعنا على شبكات التواصل

15:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)