topblog Ivoire blogs

21/05/2011

Oncle Sam, que ta volonté soit faite en Afrique...

L’Afrique doit cesser d’être la risée du monde. La dignité a un prix : « le sacrifice suprême ».

Mwinda

si l’Afrique n’était qu’un jeu (game) et ses dirigeants, des simples domestiques (boys) qui exécutent les ordres de leurs homologues occidentaux ?

Toute décision prise dans les chancelleries occidentales est immédiatement appliquée en Afrique. Lorsque Jacques Chirac a voulu se débarrasser de Pascal Lissouba (jugé trop gourmand en matière de pétrolière) au Congo pour remettre « l’ami » Denis Sassou-Nguesso au pouvoir, il a eu gain de cause en moins de six mois. L’armée angolaise a été réquisitionnée pour faire de la sous-traitance afin de donner une coloration ethnique au conflit (c’est une affaire de Nègres).

La main blanche revêt toujours un gant noir avant d’enfoncer le poignard dans le corps africain. Idem au Tchad où le soldat Idriss Deby (photo) a chargé quelques pick-up Toyota de miliciens nomades lourdement armés pour marcher sur N’Djamena (sept ans auparavant). Hissein Habré a dû prendre la poudre d’escampette pour éviter d’avoir le feu aux fesses.

Habré avait été invité en tant que Chef d’Etat à la célébration du bicentenaire de la Révolution française, le 14 juillet 1989 par François Mitterrand, soit une année avant sa chute. En fait, ce dernier s’était servi de lui pour régler ses comptes avec Kadhafi. La bande d’Aozou n’était qu’un prétexte. Aidée par des troupes françaises, l’armée tchadienne avait pris le dessus sur l’armée libyenne, ce qui avait donné l’illusion à Hissein Habré d’être le chouchou de la France. Habré a été trahi par sa mémoire. Rebelle, il avait commis le pêché impardonnable d’avoir tenu en otage pendant 3 ans une citoyenne française, Françoise Claustre et exécuté un officier français, Pierre Galopin. Contrairement aux Africains, grâce aux archives, les Occidentaux n’ont pas la mémoire courte.

Mobutu a été chassé du pouvoir, lorsque Bill Clinton a décidé de se servir de la télécommande pour tuer l’ennui. Monica Lewinsky n’était pas dans le vaste bureau ovale pour lui tenir compagnie, autrement, il se serait servi du cigare et Mobutu aurait gardé son fauteuil. C’est depuis la Maison blanche que l’ex-leader des Simba, Laurent Désiré Kabila a été « ressuscité » pour participer à la marche à pied de Kigali à Kinshasa. Accompagné de quelques milliers de Kadogos mal chaussés, le Nzee (comme l’appelait affectueusement ses partisans) s’est emparé de Kinshasa sans rencontrer la moindre résistance. Mobutu, maréchal d’opérette, a été contraint d’exhumer à toute vitesse les corps de ses proches à Gbadolité avant de s’exiler au Maroc. Lui aussi croyait être le chouchou des Américains pour leur avoir rendu des services, notamment l’assassinat de Patrice Lumumba. C’est la Maison blanche qui avait installé Mobutu et son tombeur (Laurent Désiré Kabila) au pouvoir. C’est elle qui avait également décidé de leur éviction. George W. Bush, lui s’était contenté de hausser le ton pour que le boucher de Monrovia, Charles Taylor cède sa place à Amos Swyer.

« Oncle Sam, que ta volonté soit faite en Afrique comme en enfer. Amen ! ».

N’obéissant qu’à son pasteur, Laurent Koudou Gbagbo a refusé d’exécuter l’ordre que lui a intimé le Président français, moins âgé et moins grand (de taille). Il s’est fait éjecter de son fauteuil pour se retrouver à Korhogo, le fief de son ennemi intime. Nicolas Sarkozy ne s’est donné aucun mal pour effectuer la manœuvre, la télécommande se trouvait à l’Elysée.

Comme d’habitude, la négraille s’en est félicitée au nom des principes « démocratiques », comme si la souveraineté en Afrique n’avait aucune importance. Si Sarkozy et Obama se souciaient vraiment de la démocratie, une coalition de la légion étrangère et de marines aurait débarqué en Biélorussie pour déloger Viktor Loukachenko.Ça n’a pas été le cas, car le désordre c’est bon pour l’Afrique, puisque ses ressortissants semblent bien s’en accommoder. Quand deux fils d’Afrique s’affrontent, un arbitre fait le déplacement de Leucodermie pour fixer les règles de la rixe. Wallons et Flamands n’accepteront jamais qu’un dirigeant des Tropiques vienne foutre son nez dans leur merdier.

Il serait temps que les Africains apprennent à solder leurs contentieux sans recourir aux médiateurs « internationaux », afin de préserver une petite parcelle de souveraineté. Est-il envisageable de désigner un médiateur africain pour désamorcer la crise qui oppose le Sinn Fein au gouvernement anglais. On peut tout de même tirer le chapeau à Sékou Touré qui a osé dire « Non » en 1958 au général De Gaulle sans ciller et au camarade Bob (Robert Mugabe) qui a traité publiquement l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, de garçon mal élevé. Ces deux Chefs d’Etat africains ont pleinement assumé les conséquences de leurs actes, en résistant à la foudre (l’embargo).

Certes, ils ne sont pas irréprochables, mais il est bon qu’il y ait de temps en temps, des dirigeants africains pour refuser d’exécuter les diktats.

Tony Blair a quitté le pouvoir avec une arête dans la gorge. Ce dernier n’a qu’un seul regret, celui de n’avoir pas pu déloger Robert Mugabe, affirmation faite dans ses mémoires publiés en septembre 2010. On serait tenté de croire que Mugabe est bien plus solide que ne l’était Saddam Hussein. Les peuples africains qui ont soif d’un vrai changement, ont du mal à se défaire des régimes totalitaires. Alors que la mauvaise humeur d’un dirigeant occidental suffit pour qu’un changement s’amorce vite en Afrique. L’Afrique appartient-elle encore aux Africains ? La question mérite d’être posée, car en matière de souveraineté, on est loin du compte.

Il y a guerre en Afrique, lorsque l’Occident décide d’écouler ses stocks d’armes rouillées. Au Rwanda, l’Occident a laissé les interahamwés jouer les prolongations pour des raisons de géostratégie. La R.T.I a été bombardée par les Forces françaises et onusiennes pendant la crise ivoirienne, ce qu’ils n’ont pas pu faire au Rwanda avec la Radio mille collines, principal instrument de propagande des génocidaires hutus. Après le génocide, la Belgique et les Etats-Unis ont demandé pardon aux rescapés, reconnaissant avoir appuyé sur le mauvais bouton. « Nous n’avons vu que des machettes virtuelles sur l’écran », se confessaient les amateurs de jeu vidéo. Sauf que des têtes (de Nègres) sont tombées ; des maternités ont été vidées de nourrissons (tutsis) ; du sang et des larmes ont coulé. A force de vouloir jouer avec des vies humaines, on finit par confondre monopole et Monopoly. Ils constituent les 3/4 de la population africaine et c`est sur eux que l`ennemi s`appuie pour nous maintenir la tête sous l`eau. Il faut les traquer et les décapiter, autrement, l’Afrique deviendra un musée d’anthropologie lorsque ses habitants auront tous disparu. N’est-ce pas l’objectif des puissances qui ne cessent de convoiter ses richesses ?

L’humiliation est pire que la mort, cela explique le principe des Samouraïs. Pour sortir l’Afrique de sa léthargie, les Africains devraient apprendre à faire don de leur vie dès la naissance, en s’inspirant des exemples du révérend Nat Turner (en Virginie), Gabriel Proser (en Californie), Jean-Jacques Dessalines (à Saint-Domingue), Kimpa Vita (au Kongo), Soni Ali Ber (au Mali), Prempeh I (au Ghana), Ken Saro-Wiwa (au Nigéria)... L’Afrique doit cesser d’être la risée du monde. La dignité a un prix : « le sacrifice suprême ».

Ngombulu Ya Sangui Ya Mina Bantu LASCONY
Ecrivain, documentariste, historiographe
Institut Cercle-Congo

14:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Côte d`Ivoire : Sarkozy impose un conseiller militaire français à Ouattara!

Il ne manquait plus que cela ! Le conseiller militaire du nouveau Président de la République de Côte d’Ivoire, un Français. En clair, le véritable ministre de la Défense de Ouattara, sera un ressortissant français, la gâchette de Nicolas Sarkozy. Sa gâchette contre les patriotes ivoiriens. Nous y voici ! La colonie se reconstitue.

Le Temps

J’ai eu froid dans le dos. L’âme affaiblie. Je ne savais pas que cette nouvelle allait autant me secouer. J’ai éprouvé une grave sensation de privation de liberté. Ce, lorsque j’ai appris au journal télévisé de Tv5, ce mardi 17 mai 2011, que le conseiller militaire d’Alassane Ouattara sera un français. Et que Nicolas Sarkozy se rendra en Côte d’Ivoire samedi 21 mai pour l’investiture de Ouattara. La consœur n’a pas révélé le nom de ce conseiller militaire. Mais l’information suffit.

Il ne manquait plus que cela ! Le conseiller militaire du nouveau Président de la République de Côte d’Ivoire, un Français. En clair, le véritable ministre de la Défense de Ouattara, sera un ressortissant français, la gâchette de Nicolas Sarkozy. Sa gâchette contre les patriotes ivoiriens. Nous y voici ! La colonie se reconstitue.

L’houphouétisme ! Cette philosophie dont se réclame Ouattara, n’entendait donc pas épouser les temps nouveaux, mais se veut viscéralement attachée aux contraintes du premier Président de la Côte d’Ivoire, entouré alors de conseillers français. Qui n’étaient que les yeux, les oreilles et les bras séculiers de Paris dans ce pays de nouveau violé. En ce siècle de l’Ipad, 2011, un Etat souverain, s’encombre de conseillers… militaire et certainement économique de l’ancienne puissance coloniale ! Voilà un coup de massue qui nous renvoie à ce slogan de campagne : « Candidat des Ivoiriens en face du candidat de l’étranger ».

Bombardement de l’étranger sur des populations civiles ivoiriennes. Bombardement de la résidence du chef de l’Etat par des forces étrangères coalisées. Coup d’Etat sanglant de la France contre le régime de Laurent Gbagbo. L’escorte du nouveau Président ivoirien assurée par l’armée française. La régulation de la circulation à Abidjan depuis une semaine, par la gendarmerie française, selon DirectScoop. Le point d’honneur du chef de l’Etat français à marquer sa présence à l’investiture de Ouattara à Yamoussoukro, le 21 mai pour signer son coup d’Etat du 11 avril 2011…

Et quoi encore... En tout cas, on peut le dire : la France est au pouvoir en Côte d’Ivoire. Et le sentiment qui se dégage aujourd’hui avec la présence trop visible des gendarmes français sur les grands axes de la capitale économique du pays, est que Paris se sent plus gêné par la moindre contestation de la rue ivoirienne que son pion Alassane Ouattara même. D’où le déploiement incroyable de sa force brutale d’occupation pour dissuader toute velléité de soulèvement. Si pour installer Ouattata au pouvoir, la France n’a pas hésité à bombarder aux missiles les populations civiles à la résidence du Président Gbagbo à Cocody et, plus tard, à Yopougon, que ne serait-elle pas capable de faire avec un conseiller militaire français aux côtés de cet homme ? Comme une chape de plomb, la recolonisation s’abat sur la Côte d’Ivoire. Et ce, au grand jour, sans que cela n’émeuve les bien-penseurs du monde.

De quoi affaiblir une âme patriote. Car l’armée française se trouve à tous les points stratégiques de la Côte d’Ivoire. Ses chars et ses soldats sont dans les forêts et la broussaille, camouflés pour maintenir les Ivoiriens dans l’esclavage. Dans ces conditions, à quand donc notre indépendance ?

Après l’échec de la résistance patriotique menée par Laurent Gbagbo face à l’impérialisme et la brutalité de la France, l’Ivoirien sur qui tablait l’Afrique pour son éveil et son indépendance véritable, aura-t-il les moyens de se dresser, comme l’a fait l’Algérie, face à la même France esclavagiste ? Tout le monde n’a pas la force et l’intelligence de Ben Laden pour signer, immédiatement et en grande échelle, sa riposte à l’injustice.

Se faire justice n’est pas une option indiquée. Mais lorsqu’une force injuste crée la désolation et que les recours légaux se montrent corrompus, que faire ? Le Ciel agit à sa guise et des villages entiers sont effacés de la carte du pays, avec de milliers de morts. Des morts innocents. Et même si plus tard, le Ciel frappe le prédateur (ou son peuple), celui-ci ne fait pas toujours la corrélation entre la cruauté à laquelle il avait soumis un peuple innocent et le malheur qui l’assaille maintenant. Ce malheur (canicules, tornades, inondations, etc.) est bien souvent classé, à raison, au rang des catastrophes naturelles. Or, une réaction humaine revendiquée, fait prendre conscience. Voilà la différence.

Mais nous devons demeurer sages et nous garder de nous faire justice. C’est pourquoi nous nous sentons anéantis. Au moment où les peuples indépendants depuis 50 ans œuvrent pour leur souveraineté économique, la France replonge la Côte d’Ivoire dans les pesanteurs de la colonisation. Triste, tout cela !

Jean-Marc Devan

13:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

19/05/2011

L'arrestation de DSK humuliante et similaire à celle de Laurent GBAGBO

On a été sidéré d'entendre les Français être sidéré de voir comment la police Américaine a traité DSK après son arrestation, alors que hier, quand ces mêmes Français ont attrapé M. Laurent GBAGBO, du champagne avait été sablé. De qui se moque t-on au juste?

Le plus énervant dans cette histoire, c'est de voir comment on se sert des noirs comme appât pour destabiliser les adversaires politiques.

Toi le négre, quand apprendras-tu à ne plus te servir de valets?

Kamerun

11:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Libye: l`enquête de la CPI "incohérente"

Le régime libyen a estimé lundi que la demande par le procureur de la Cour pénale internationale d`un mandat d`arrêt pour crimes contre l`humanité contre Mouammar Kadhafi, était basée sur des "informations de presse" et abouti à des "conclusions incohérentes".

"Malheureusement, la CPI s`est basée, dès le début de la crise libyenne, sur les informations des médias afin d`évaluer la situation en Libye. En conséquence, la CPI a généralement abouti à des conclusions incohérentes", a indiqué le porte-parole du régime Moussa Ibrahim.

Le procureur de la CPI Luis Moreno-Ocampo a demandé des mandats d`arrêt pour crimes contre l`humanité contre le colonel Kadhafi, son fils Seif Al-Islam, et le chef des renseignements libyens, Abdallah Al-Senoussi.

"Les preuves recueillies montrent que Mouammar Kadhafi a personnellement commandé des attaques contre des civils libyens non armés", a déclaré M. Moreno-Ocampo.

"Nous n`avons à aucun stade de la crise en Libye jamais ordonné le meurtre de civils ou engagé de mercenaires contre notre peuple", a indiqué M. Ibrahim. "En réalité, ce sont les rebelles qui ont pris les armes au milieu de nos villes paisibles, provoquant la mort de nombreuses personnes et invitant des combattants de plusieurs nationalités à se joindre à eux."

M. Ibrahim a indiqué que le régime avait appelé en vain à des missions d`enquête. "Nous continuons à appeler à un arrêt immédiat de toutes les violences dans le pays et le début véritable d`un processus politique qui permette à tous les Libyens de décider de l`avenir de leur pays", a-t-il encore dit. (belga/chds)

http://www.7sur7.be/7s7/fr/9478/Revolution-dans-les-pays-arabes/article/detail/1265264/2011/05/17/Libye-l-enquete-de-la-CPI-incoherente.dhtml

11:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Libye: 60 jours de frappes de l`Otan et Mouammar Kadhafi est toujours là

Cela fait deux mois que l`opération militaire de la coalition internationale a été lancée en Libye. Selon l`Otan, plus de 7000 sorties et de 2700 missions de bombardement ont été effectuées. L`heure est à un premier bilan, un bilan plutôt mitigé.

L`offensive de la coalition a été lancée le 19 mars. Elle est menée par les Etats-Unis, la France, et la Grande-Bretagne, sous mandat de l`ONU, alors que Benghazi, fief des opposants, est attaquée par les forces de Mouammar Kadhafi. L`Otan a pris, fin mars, les commandes de l`intervention militaire.


Depuis 60 jours, il y a des bombardements quasi-quotidiens sur la Libye mais les frappes aériennes ont montré leurs limites. Pour l`heure, aucune solution militaire ou politique ne semble se profiler.


Sur le plan militaire, 80% de l`aviation de Mouammar Kadhafi a été mise hors de combat. Et le tiers des unités terrestres a été détruites. Malgré cela, les rebelles progressent lentement. Et, les frappes aériennes ne peuvent rien faire contre les petites unités mobiles des troupes du colonel Kadhafi.


Sur le plan politique, Mouammar Kadhafi s`accroche au pouvoir. Les autorités tunisiennes ont démenti, mercredi, la présence de membres de la famille de Mouammar Kadhafi sur le sol tunisien.


Le dirigeant libyen est de plus en plus dans le collimateur de la communauté internationale. Il est notamment dans la ligne de mire du procureur de la CPI, la Cour pénale internationale.


D`autre part, le Conseil national de transition (CNT), bras politique des rebelles, risque de manquer de ressources financières pour poursuivre la lutte armée, un CNT qui a beaucoup de difficultés à être reconnu par une partie de la communauté internationale.


Nicolas Willems

http://www.rtbf.be/info/monde/detail_libye-60-jours-de-frappes-de-l-otan-m-kadhafi-est-toujours-la?id=6130083

11:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

18/05/2011

Opération chasse à l'Homme de Monsieur Nicolas Sarkozy en France

Les intimidations de l'Etat colonial français, vis à vis des manifestants pro-GBAGBO à la place de la Nation et de la République à Paris cet hiver n'ayant servi à rien, bien au contraire, Monsieur SARKOZY, via ses agents des renseignements généraux s'occupent de traquer en catimini, ceux qui à quelque titre que ce soit se sont singularisés au cours de ces manifestations.

Au cours de l'une de ces manifestations à la Place de la Nation, Monsieur Médard NTEP, Président de «Afrique-Monde», a sans équivoque tenu les propos suivants devant plus de trois mille manifestants : « il faut débarquer SARKOZY et Carla de l’Élysée en 2012», en rappelant aux Africains de nationalité française d'aller se faire inscrire sur les listes électorales dans leurs Mairies respectifs, afin de finir au plus vite avec Monsieur SARKOZY, le putschiste en Côte d'Ivoire.

Et voilà que Monsieur SARKOZY n'a rien trouvé de mieux que de faire convoquer Monsieur NTEP via le Procureur de la République de Créteil, pour des prélèvements biologiques, en date du 19 mai 2012, deux jours avant son départ à Yamoussoukro, pour l'installation de son nouveau gouverneur en Côte d'Ivoire, espérant peut-être que Monsieur NTEP resterait certainement en garde à vue au Commissariat de L’Haÿ-les-Roses, pendant qu'il sera lui, en balade avec nos impôts à jouer au petit maître en Afrique.

En fait, Monsieur NTEP est rangé de facto dans la catégorie des criminels, terroristes, violeurs, cambrioleurs, qui sont ceux qui sont soumis de par la loi à ces prélèvements. Et la liberté de parole garantie par notre constitution, qu'en fait-il ? Se prononcer contre la politique de Monsieur SARKOZY est-il devenu un délit ou un crime en France aujourd'hui ? J'attends la réponse.

Depuis que Monsieur SARKOZY a installé son ami OUATTARA par la force comme Gouverneur plénipotentiaire de la France en Côte d'Ivoire, aucune tête ne doit dépasser ; dénoncer cette ingérence inqualifiable de la France dans les problèmes internes d'un état souverain est devenu à ses yeux un crime de lèse-majesté. Ne sommes-nous plus en France où chacun est totalement libre d'exprimer ses opinions ?

Pour Médard NTEP Franco-africain, avec son journal en ligne www.afriquemonde.org, et des millions et des millions d'autres franco-africains et africains tout court, le combat continue pour la dignité de l'être africain, humilié par Monsieur SARKOZY et sa force Licorne. Rien ne nous arrêtera et toutes les intimidations sont vaines.

Ce n'est pas la première fois que Médard NTEP, dénonce le comportement inadmissible, hautain et arrogant de Monsieur SARKOZY envers l'Afrique et les Africains. La vérité est que Monsieur OUATTARA a beau s'installer au Palais du Golf, le Président de la République de Côte d'ivoire est son Excellence Laurent KOUDOU GBAGBO et n'est pas le Sous-Préfet de Monsieur SARKOZY et c'est cela qu'il ne veut pas qu'on lui rappelle.

Médard NTEP attend sereinement le 19 mai, pour savoir ce que Monsieur SARKOZY lui reproche, au point de lui demander de se soumettre aux prélèvements biologiques.

Source : Kwedi. G Secrétaire national du front 2012 pour un Sarkozy hors d'état de nuire en France et Surtout en Afrique
© Source : www.afriquemonde.org

17:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Déstabilisation du pouvoir de Ouattara / Blé Goudé et ses camarades préparent-ils un coup !

Annoncé pour mort pour certains et pour d’autres vivant, la confusion sur le sort de Blé Goudé continue d’alimenter les débats. La semaine dernière, un site internet avait annoncé que des sources diplomatiques et militaires à Abidjan affirmaient que le leaders des jeunes patriotes de Gbagbo a été tué et aurait été enterré dans un lieu tenu secret. En effet, selon le site infocotedivoire.net, proche de La Majorité Présidentielle (LMP), Blé Goudé serait à l’extérieur où il préparerait un coup avec certains de ses camarades de la galaxie patriotique. « Charles Blé Goudé, le président de la galaxie patriotique n’est pas mort comme annoncé, vendredi 13 mai, par RFI. Des sources proches de l’ex-ministre de l’Emploi et de la Jeunesse, il est bel et bien vivant ! Il est même en train d`organiser, depuis l’étranger, avec ses camarades, la prise du pouvoir, pour restaurer la démocratie, libérer les Ivoiriens pris en otage par une mafia et la libérer de la Côte d’Ivoire des mains des néo-colons », révèle le site. Ces dires viennent de confirmer la sortie de Alain Toussaint qui avait dit que Blé Goudé se trouve "en lieu sûr". L’élément nouveau est que le site dévoile le plan de déstabilisation du pouvoir de Ouattara que prépare Blé Goudé depuis l’extérieur de la Côte d’ Ivoire. « La prise du pouvoir, pour restaurer la démocratie, libérer les Ivoiriens pris en otage par une mafia et la libérer de la Côte d’Ivoire des mains des néo-colons ». Cet élément veut dire beaucoup de chose. Après plus d’un mois après la chute de Laurent Gbagbo, certains de ses partisans continuent encore d’espérer son retour aux affaires. Selon des sources, les partisans de Laurent Gbagbo seraient en préparation dans un pays africain d’une action d’envergure visant à renverser les institutions de la République. Ce plan même qui serait soutenu par des déserteurs de l’armée, selon les mêmes sources, doivent être épaulés par des mercenaires libériens et angolais. Si cette aventure, nourrit l’espoir de nombreux militants de l’ex-Majorité présidentielle, elle rend fébriles plusieurs Ivoiriens surtout des militants du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix (Rhdp). Un rêve fou et une peur sans raison. Dans l’état actuel des choses, comment vont procéder ces déstabilisateurs ? Telle est la question que se posent les Ivoiriens. Car, les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire ont véritablement la mainmise sur l’ensemble du territoire national qu’ils sont en train de pacifier totalement en mettant hors d’état de nuire, les derniers mercenaires encore en armes. Une aventure de déstabilisation sera donc forcément périlleuse pour ces initiateurs.

Prince Koffi

17:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)